entete
Accueil
S'inscrire à
la lettre de l'Epco

Agenda
Enseignements
Bibliothèque
L'Ecole Psychanalytique
du Centre-Ouest
L'Association Lacanienne
Internationale
Publications
Liens Divers
Espace Membres
ligner

L'Ecole Psychanalytique du Centre-Ouest

Textes, informations pratiques, informations admnistratives, liste des membres

TEXTES

 
Acte de Fondation de l'Ecole Psychanalytique du Centre-Ouest

Le 30 juin 2001, au Moulin de Chasseigne à Poitiers, répondant à l'invitation d'Alain Harly, une assemblée de personnes toutes concernées par la psychanalyse se constitue en association selon la loi de 1901 et crée l'Ecole Psychanalytique du Centre-Ouest.
Cette Ecole se propose de poursuivre le travail engagé avec les Séminaires Pictaves de l'Association Freudienne depuis une dizaine d'années en s'associant à d'autres initiatives régionales.
Le terme d'école est à prendre au sens où la Grèce antique le situait, soit un lieu où se travaillent tant la question de l'Etre que du malaise dans la civilisation.
L'Ecole se donne pour but d'œuvrer à la question de la transmission de la psychanalyse, de participer ainsi à la formation des analystes et au travail d'élaboration de la doctrine.
C'est le champ ouvert par Sigmund Freud et poursuivi par Jacques Lacan qui lui donne son cadre doctrinal et son orientation éthique.
C'est aussi le considérable labeur soutenu à l'Association Freudienne Internationale fondée par Charles Melman en 1982 qui marquera son style.
L'Ecole, affiliée à l'A.F.I., a une vocation régionale et se donne les moyens nécessaires à son but.
Elle réclame aussi pour maintenir le soc de la vérité freudienne, d'en aiguiser sans relâche le tranchant et de laisser ainsi ouvert son champ à l'invention.
Les membres fondateurs sont nommément : Dr. Alain Cardon, Dr. Anne de Fouquet-Guillot, Alain Harly, Nicole Harly-Bergeon, Pr. Christian Hoffmann, Jean-Jacques Lepitre, Dr. Michel Robin, Marie-Christine Salomon-Clisson, Stéphane Thibierge, Dr. Bernard Vandermersch, Jean-Lionel Villessuzanne (+).
Sur proposition de Charles Melman et suite au vote du C.A. du 4 juillet 2009, l'Ecole se nommera dorénavant A.L.I.-E.P.C.O. indiquant ainsi plus précisément le statut de l' E.P.C.O. comme membre de l' A.L.I.


Pour un enseignement de psychanalyse

La transmission de la psychanalyse est une affaire délicate puisqu'elle prend son point d'appui sur une expérience singulière dont la pertinence rencontre invariablement des objections à valoir pour tous soit à s'universaliser.
Il faut manifestement que se déplace le transfert, moteur de la cure, en transfert de travail qui vise un objet autre, un objet dégagé autant que faire se peut des appétits narcissiques ou des rêveries unifiantes.
Elle ne peut se prévaloir à l'instar des sciences dures d'un corpus qui pourrait se partager sans quiconque. Alors s'impose, si l'on veut éviter une infinie religiosité transférentielle d'un côté et un savoir de fonctionnaire de l'universalité de l'autre, de tenir l'éthique qui seule permet un travail analytique : le transfert s'engage avec du supposé-savoir, mais c'est dans la mesure où cette supposition peut être retournée à l'analysant que l'on peut parler de transfert analytique.
Ecole psychanalytique, le terme demande à être défini et précisé dans son objectif, dans son contenu et dans sa forme.
Dans un premier temps, risquons cette définition : une école psychanalytique est un lieu où il se pourrait que s'y tienne le discours psychanalytique. On avance ici avec une prudence certaine car en la matière rien n'est sûr, ce qui ne saurait être une raison suffisante pour ne pas risquer le pas qu'il faudrait. Certains, j'imagine, en feraient un délicieux et éternel débat.
Son objectif, c'est de participer à la transmission de la psychanalyse. C'est une affaire éminemment problématique : elle se heurte d'entrée à un obstacle majeur à savoir que ce qui se tient ici comme discours est profondément antipathique, que ce qui se dégage comme objet est spécialement abject, que les effets qui s'y opèrent conduisent le sujet à prendre la mesure, d'une manière toujours plus insistante, qu'il n'est pas maître dans sa demeure, etc. Ce n'est donc pas un objectif susceptible de déclencher un enthousiasme de masse.
Quant à la forme, cela nécessite de mettre en position maîtresse cet objet d'abjection, objet exclu de tout commerce et qui pourtant est au fondement même de tout lien social. Est- ce refuser de nos échanges tous les autres modes de discours? Non, disons seulement que le discours du psychanalyste ne saurait se soutenir de l'enflure qui consisterait à soutenir qu'il dit toute la vérité qui manquerait aux autres.
Il ne s'agit pas de refuser le discours de l'universitaire qui se déploie sous l'autorité du savoir. Le discours psychanalytique pourtant pourrait l'aider à se défaire de sa prétention à l'universalité et de pointer, dans ce discours même, le défaut qui est la marque même du sujet.
Ce n'est pas non plus exclure le discours qui exhibe la faille du sujet dans une adresse au Maître, où se reconnaît le discours de l'hystérique, dans la mesure où d'une part la division du sujet est la condition même de la subjectivité et où d'autre part ce dévoilement vise ainsi l'intolérable incomplétude de l'Autre.
Ce n'est certainement pas tenir pour hors-la-loi le discours du Maître comme la mode d'une jouissance sans limite nous y invite : entendons le comme structure dans la mesure où du sujet ex-siste à un mode de torsion ordonné par la logique du signifiant. Le jeu de la métaphore produit cette opération que le sujet est représenté par un signifiant, non pour lui-même comme la psychologie classique le propose dans ses mirages spéculaires, mais pour un autre signifiant.
Alors fonder une Ecole de psychanalyse reviendrait à faire valoir cette sorte d'acrobatie à quoi nous sommes conduits, quand on prend au sérieux la trouvaille freudienne, ce qui nous ramène donc à ce point essentiel dans la doctrine et dans la pratique : l'ombilic du rêve disait joliment Freud dans la Traumdeutung, l'Urverdrangung, le refoulement originaire propose t-il plus tard; et Lacan sortant de cette spatialisation implicite articule et nomme l'objet a .
Saurons- nous tenir ce fil? Une chose est assurée, ça ne saurait être le fil à couper le beurre, soit la bonne manière de se partager un bien. Si l'on veut tenter une transmission de la psychanalyse, ce sera au prix, pour chacun, de faire l'épreuve d'une division subjective.
Alors est-ce le fil du rasoir, chacun prenant le risque d'y laisser un bout de chair ? Prendre la parole comporte assurément un risque, mais n'est- ce pas du même ordre que celui de l'analysant dans sa cure? Serait- ce alors une position sacrificielle qui serait requise ici, renouant ainsi avec la tradition d'une religiosité qui promettait une rencontre enfin réussie avec le Père ? Le siècle dernier a produit les aliénations les plus pernicieuses au nom d'une défense de "la Cause" et c'est une impasse dont les psychanalystes ne sont pas toujours prémunis.
A l'entrée de ce XXI ème siècle, on voit surgir les figures nouvelles de la barbarie. Serons nous plus malins que nos ancêtres qui donnèrent à ce lieu d'incertitude et d'une-bevue le visage du Diabolique? L'époque pourrait nous conduire au pessimisme si nous n'avions pas quelques outils pour saisir la structure de la paranoïa collective qui a le mérite incomparable de soulager provisoirement les embarras de la différence des sexes par une abolition de la dite différence, le caractère fondamentalement étranger du père et sa projection dans le réel de sa figure menaçante, la rivalité fraternelle exacerbée dans la compétition imaginaire pour une réconciliation face à cet étranger hostile, etc. Charles Melman alors que la xénophohie devenait en 1991-92 un argument politique inquiétant, en dépliait après Freud et sa Massenpsychologie, la logique.
Pour donner un peu de légèreté à notre propos, je vous proposerais bien la métaphore de l'acrobate qui marche lui aussi sur un fil, moins pour l'image que pour le signifiant. Par son étymologie grecque l'akrobatês qui se décompose en batês qui veut dire marcheur et akros qui veut dire à l'extrémité, à la limite. L'acrobatês, le marcheur à la limite ça pourrait assez bien convenir comme proposition et comme style de travail pour une école de psychanalyse puisqu'il s'agirait de se tenir dans l'étroit d'un bord, sur le bord du réel.
Pour se tenir sur ce fil, nous pouvons concevoir qu'il faille avoir recours à quelques systèmes stabilisateurs où une fois lancé il n'y a plus qu'à tenter le chemin. On imagine aussi que cela ne va pas sans quelques exercices assidus, pour savoir y faire avec cette proximité du vide. Que la pertinence de l'acte analytique oblige à la solitude demande avec la même insistance que la structure de cet acte puisse être dégagée.
C'est ainsi que cette Ecole engage son projet en proposant des enseignements, en nous rompant à la discipline de la lecture des textes fondateurs, en invitant à la mise en place de cartels, en ouvrant des lieux où la clinique saurait nous provoquer à l'invention.
Poitiers, octobre 2001, Alain Harly.


Une école analytique

Entre savoir et vérité, le disjoint… à se poursuivre ou à s'anticiper d'une cure. Mais n'est-il pas déjà là dans le discord de ce qui ferait symptôme, voire interrogation de chacun au minimum ? Puisqu'aussi bien recoupant de tout sujet, la division. C'est à en préserver la consistance que se situerait l'originalité d'une école à se dire psychanalytique.
Mais comment ? A y rappeler un Réel que cette disjonction vient, entre autres, à révéler. Dans l'écart toujours étant entre une vérité impossible à dire toute, et un savoir, comme tous, tendant au Un.
Nul mépris à entendre dans cette tendance. " Supposé savoir " mais pas non sachant. Lacan, toute son œuvre en témoigne, en aura poursuivi l'élaboration et la formulation les plus rigoureuses, y compris d'en tenter la plus pure scientificité. Que ce savoir soit Un moins quelque chose, Lacan nous l'indique également : cela ne l'invalide pas pour autant. Puisque ce moins quelque chose c'est l'in-su de chacun, soit l'inconscient venant en place de vérité.
Choquant ? Qu'une vérité soit divisée du savoir dont elle serait pourtant le cœur et qui serait supposé la dire ? Choquant ? Non. Et pas seulement parce que la vérité ne pourrait être que mi-dite, faisant entame au savoir tentant ainsi de la dire. Mais surtout jeu et effet du signifiant, il ne peut que la d'écrire… Comme tout savoir. Ce qui n'empêche pas qu'il doive s'y atteler, comme Lacan l'a fait et dont la tâche est à poursuivre, afin de mieux en cerner le bord, y compris ici dans sa dimension de Réel.
Afin qu'un jour elle puisse être entendue.

Limoges, septembre 2006 Jean-Jacques Lepitre



Psychothérapies // Psychanalyse

Au moment où se discute légalement la réglementation des psychothérapies, et où la psychanalyse pourrait y être incluse, il paraît opportun de rappeler une différence épistémologique majeure entre ces deux champs.
Les psychothérapies se spécifient pour la plupart de se centrer sur le présent du symptôme et sa réduction. Elles sont par là cohérentes avec une démarche proprement médicale dont l'efficace est d'intervenir dans le présent du symptôme et visant sa réduction univoque. Elles sont en cela également en accord avec l'abord scientifique classique posant l'atemporalité de la loi de causalité. Perpétuel présent, c'est de son invariance dans le temps qu'est montrée la vérité de la loi causale, même cause, même effet.
La psychanalyse, en regard, est centrée différemment. Non que l'attention au symptôme y soit absente et sa guérison non désirée! Bien au contraire. Mais le symptôme n'y est pas rapporté à lui-même seulement et dans l'unique présent de sa monstration et de la souffrance actuelle qu'il provoque. Il y est considéré comme inscrit dans les coordonnées d'un sujet telles que sa structure et son histoire ont pu les façonner. Et c'est autour de la parole de ce sujet dans sa tentative de ré-articulations, modifications de ses coordonnées que se centre le travail analytique. Modifications au regard desquelles viendra à être caduque l'inscription symptomatique, devenue inutile. " La guérison de surcroît " énonçait Lacan concernant la psychanalyse, pour indiquer que la réduction du symptôme y était marginale, littéralement, quant à la centration essentielle du travail analytique. Ni secondaire, ni absente, hors centre simplement.
Concernant les psychothérapies, cette centration sur le présent du symptôme, dont nous avons indiqué la cohérence aussi bien avec la médecine qu'avec la science, n'est pas sans conséquence. Elle est au coeur aussi des nouvelles échelles et nosographies psychiatriques. Où, même si les syndromes, les entités, ne sont pas toujours ignorés, remisés en arrière-plan, ils laissent la prévalence à ce présent symptomatique. Son importance, à celui-ci, n'est pas seulement qu'il s'oppose à la dimension historique, (passé, présent, avenir), d'un sujet, d'un événement, d'un phénomène, etc. Mais aussi, sur un plan logique, tout simplement à l'absence. Présent-Absent. Que le présent d'un symptôme s'absente et c'est la guérison. Qu'importe qu'un même symptôme puisse se répéter chez un ou plusieurs individus, puisqu'à chaque fois, de n'être rapporté qu'à lui-même et à la dimension de sa présence, il est unique. Et de même son absence. Chacun comptant pour un, le symptôme, la guérison. On en perçoit l'avantage immédiatement, celui de se prêter à la quantification. Avec deux conséquences. La première d'atteindre à la dignité de la réalité rationnelle que Descartes distingue d'être celle de ce qui est quantifiable précisément. La seconde d'être d'une comptabilisation aisée, de statistiques faciles. On connaît l'appétit de nos machines informatiques pour les nombres, les codes numériques, et autres, et leur facilité à en produire des graphes, des matrices, etc.
La psychanalyse, en comparaison, apparaît bien démunie numériquement. De sa centration sur le sujet, elle ne peut, congrûment, produire que des monographies, certes très riches et pleines d'enseignements, mais toujours par conséquence singulières. Et se prêtant mal de ce fait à une quelconque quantification. Et, toujours de façon cohérente avec cette centration, elle en oublie de cocher les symptômes au fur et à mesure qu'ils s'absentent au cours de la cure. Mais, le ferait-elle qu'elle en changerait peut-être bien sa visée.
Les psychothérapies se réclament volontiers d'un déterminisme empirique scientifique, d'une réalité rationnelle, comme on l'a vu, du fait de cette centration sur le présent du symptôme. Mais par là, de par et dans cette centration, c'est le sujet qui est exclu. Même s'il est appelé à collaborer à son traitement, il n'est pas inclus dans le présent de son symptôme. Alors de quel registre est-il? (sa possible collaboration semblant prouver son existence… ). Du même déterminisme empirique que le symptôme? Ou bien plutôt est-il de l'ordre de l'idéalisme, du spiritualisme, ou de la religion? Cela reste indéterminé.
La psychanalyse, de sa centration sur le sujet, semble, elle, empreinte de subjectivisme, voire d'irrationalité, selon certains. Or que le sujet soit ainsi au centre de ce qu'ont pu en façonner les matérialités de son histoire, de ses pulsions, voire de ses symptômes, etc, l'inclut, lui-même, dans cette dimension de matérialité. Ce qui fait que loin d'être du côté d'un subjectivisme, d'une irrationalité, la psychanalyse apparaît se situant comme un matérialisme empirique, y compris concernant le sujet.
Quant au transfert, logiquement absent de ce qui découle de ce qui précède concernant les psychothérapies, il n'est pas moins logiquement présent concernant la psychanalyse, une parole d'un sujet à se dire supposant une adresse… Les conséquences sont là trop nombreuses pour être ici développées…
Limoges, le 8 septembre 2008, Jean-Jacques Lepitre.

Nous sommes tous affectés mais pas tous de la même façon. Même si pour beaucoup d’entre nous l’analyse nous a permis de prendre un peu de recul, notre fantasme fait obstacle à entendre ce que nous disent les patients, mais aussi à entendre ce que dit Lacan dans son séminaire.
C’est ainsi que Charles Melman a pu écrire: Nous tournons tous autour du déchiffrage des mêmes formules de Lacan, et ce déchiffrage évidemment n’est pas le même pour chacun de nous. Les formules ou les petites phrases c’est bien pratique ; elles peuvent nous donner l’illusion d’avoir un point de repère. Par exemple, on entend souvent celle-ci:« L’analyste ne s’autorise que de lui-même». Et bien, à propos de cette petite phrase, un sujet quiprétend ne s’autoriser que de lui-même ne s’autorise en fait que de cet énoncé et non pas d’une quelconque énonciation personnelle. (Moustapha Safouan) Notre fantasme nous conduit aussi à faire des séries, à classer, à chercher de l’identique et, à partir de cet identique, à chercher des outils (c’est la mode) : « là je sais, j’ai appris, j’ai déjà eu le cas etc…». Ce type d’approche n’est pas le notre en psychanalyse.Si une transmission est possible, il s’agirait plutôt d’apprendre à se dégager de ce mode de pensée et à oublier ce qui à été appris. C’est ainsi que l’on peut entendre la phrase de Lacan souvent citée: « Il n’y a pas de formation des psychanalystes, il n’y a que des formations de l’inconscient ».C'est-à-dire oublions la question de la formation et concentrons nous sur ce que Freud nous a appris à repérer comme formation de l’inconscient. C’est cela que nous tentons dans notre association: en nous confrontant à l’approche des autres, nous essayons de nous dégager de ce qui, au pire, pourrait devenir des certitudes.
Céret, août 2011 Michel Robin

Vous avez dit Cartel !

Dans l’acte de fondation de son Ecole, Lacan nous propose un travail en cartel, arguant qu’« il serait difficile que des analystes ne se demandent pas ce que veut dire analytiquement leur travail en tant que c’est un travail en commun». Cela n’est pas sans nous rappeler la commune mesure de son article « Le temps logique ».Dans l’après-coup de cette proposition, enrichie par celle du nœud borroméen, nous réaffirmons notre souhait de voir se développer la constitution de cartels au sein de notre association.
Ce type de travail, nommé Cartel par Lacan, nous a été transmis par un acte d’écriture dégageant une structure « 3+1 ». Il s’agit d’un lieu d’engagement à l’Ecole(topos et désir), permettant de soutenir un travail d’élaboration (production), un travail critique concernant le savoir de l’analyste et l’expérience analytique (acte), au sein d’un petit groupe. Ce cartel a une structure nodale qui n’est pas sans nous rappeler celle du sinthome. Nous mettrons l’accent sur sa fonction.
En effet, cette formulation « 3+1 » met en relief un nouage dont le « +1 » est l’opérateur d’une fonction essentielle, à savoir, « maintenir la structure de l’inconscient et son infinitude latente ». Lacan nous propose « fiat trou », pour un nouage singulier, celui d’un petit groupe de personnes travaillant à l’élaboration de leur pratique. Ce nouage étant de type borroméen, le cartel se dénouera dès qu’une personne se retirera du groupe.
Il permet la mise en jeu d’une identification au groupe qui prenne en compte le Réel : nous nous imaginons être responsable du groupe et avoir comme tel à en répondre, nous sommes réellement ce qui fait tenir le groupe, en notre Nom propre, le « +1 » étant le support du rapport de chacun (chaque 1) à ce qu’il a à dire.
« Plus un » /« + 1 », sont deux écritures dont la fonction est de maintenir un trou pour nouer des éléments séparés (ce que Lacan appelle aussi le non rapport sexuel), raviver ce processus double de l’aliénation et de la séparation et faire ainsi jouer la discontinuité au sein de la continuité.  En ce qui concerne le transfert de travail entre chaque personne, il s’agit de maintenir ce trou, non pas par négativation mais par adjonction de présence, car pour Lacan, l’objet « a », à partir de son séminaire RSI n’est plus un objet chu mais un objet qui permet le coinçage faisant tenir le nœud.  Le discours de chacun tourne autour de ce pivot non représentable.
Dans un travail de cartel, il s’agit de parler à partir de sa différence. Le « +1 » mobilise le désir de chacun tout en maintenant l’Insu au cœur même du savoir. J’aime à reprendre la métaphore de l’alpiniste pour notre acte : un appui sur trois prises est nécessaire mais c’est une quatrième qui permet le passage.
Lacan a fait cette suggestion : le « +1 » serait l’écho du groupe ce qui n’est pas sans lien avec l’objet voix et la question de l’adresse. Il nous propose cette avancée, une affirmation sous forme de question : « Pourquoi y a-t-il ce surgissement à partir de trois, de trois différents qui se nouent, le « +1 » étant la déduction d’un quatrième à partir de trois ?
Le « +1 » est la conséquence logique et topologique du discours et non pas sa signification. Il s’agit bien de parler à, c’est-à-dire que cela cesse de ne pas s’écrire, que se produise de l’écrit par une parole adressée.
La psychanalyse est à créer, à inventer. Nous sommes au cœur de la dette symbolique. Pas de psychanalyse sans écriture qui ne soit en rapport avec le trait (1)et la voix (a).
Travailler en cartel c’est rendre la fonction nœud opérante dans notre pratique analytique dont l’inconscient, la pulsion, le transfert et la répétition sont les concepts qui donnent corps à notre éthique.
Nous vous invitons à insister dans cette direction.
Maulais, août 2013, Marie-Christine Salomon-Clisson

INFORMATIONS ADMINISTRATIVES

L'Ecole Psychanalytique du Centre-Ouest est un groupe régional de l'Association Lacanienne Internationale. Elle est administrée par un Conseil d'Administration composé de membres fondateurs et de membres élus.

:- un Président : Jean-Jacques Lepitre
- une Vice-Présidente : Rima Traboulsi
- deux Secrétaires : Alain Harly et Michel Robin.
- un Trésorier : Nicole Harly-Bergeon
- les chargés du secrétariat d'Accueil : Jean-Jacques Lepitre, Rima Traboulsi, et Michel Robin.
- les chargés de l'enseignement : Alain Harly et Bernard Vandermersch.
- les chargés des Cartels : Josseline Touchard et Marie-Christine Salomon-Clisson.
- Le chargé du site internet : Jean-Jacques Lepitre.


INFORMATIONS PRATIQUES

L'ALI-E.P.C.O. distingue les membres fondateurs, les membres, et parmi ceux-ci les membres associés, et les auditeurs.
Les membres fondateurs sont membres de droit. Cela leur donne la charge d'êtres garants de l'orientation doctrinale et éthique de l'Ecole.
Les membres actifs adhèrent et participent aux objectifs de l'Ecole.
Les membres associés : Ils ne sont pas membres de l'ALI, mais trouvent cependant dans les activités de l'EPCO de quoi soutenir leurs propres trajets. Ils peuvent participer à toutes les activités et enseignements de l' ALI-EPCO, Assemblées Générales..
Pour devenir membre actif ou associé, il faut s'adresser à l'un des secrétaires d'accueil qui sont Michel Robin (02.41.87.23.12.), Jean-Jacques Lepitre (05.55.32.72.12.) et Rima Traboulsi (06.71.57.84.80.) Le Conseil statue ensuite.
Les auditeurs : Ils assistent et participent aux divers groupes de travail, séminaires, enseignements de l'EPCO. Ils doivent être agréés par au moins un animateur.
Les cotisations annuelles
Pour l'année 2014-2015, elles sont de :
- 150 € pour les membres. Etant également membres de l'A.L.I, cette somme vient en déduction de leur cotisation générale.
- 120 € pour les membres associés.
- 80 € pour les auditeurs, 50 € pour ceux étudiants ou en recherche d'emploi.
- Il est possible de régler en plusieurs fractions auprès du trésorier.

Les adresses de l'Ecole Psychanalytique du Centre-Ouest:

Adresse Postale:
Ecole Psychanalytique du Centre-Ouest
Boite Postale 70406
86010 POITIERS Cedex
Téléphone et Fax:
05 49 39 29 64 ou 33 5 49 39 29 64 depuis l'international, from international...
Adresses E-mail: epco2 @wanadoo.fr ou Contacter l'Ecole



LISTE DES MEMBRES

Cette liste comporte les membres fondateurs, actifs, associés de l’Ecole. [septembre 2014]

 

Cardon Alain 

Tel : 06.83.55.70.49.

Psychiatre

 

Dumas Jean-Paul, praticien, membre de l’ALI

12 rue de l’Escale 17000 La Rochelle

Tel : 06 30 06 25 15

Mail : jeanpaul.dumas@wanadoo.fr

Médecin

 

Desprat Laurence, praticienne, membre de l’ ALI

1 rue Bossuet 87000 Limoges

Tel : 06.73.49.98.84.

Mail : laurence.desprat@orange.fr

 

Fouquet-Guillot (de) Anne, praticienne, membre ( AMA) de l’ALI.

18, rue du Général Giraud 56000 Vannes

Tel : 02.97.01.34.02.

Mail : anne.de.fouquet@laposte.net

Psychiatre

 

Forest Marie-Christine, praticienne, membre (AMA) de l’ ALI.

Impasse Jars 17000 La Rochelle

Tel : 05.46.44.16.89. ou 06.09.31.53.74.

Mail : mariechristineforest@yahoo.fr

Sciences politiques, littérature.

 

Gavel-Marcouillier Emmanuelle, praticienne, membre (AMA) de l’ ALI

10, rue Joubert 49100 Angers

Tel : 02.41.25.28.71.

Mail : emme-gm@orange.fr

Psychologue clinicienne

 

Harly Alain, praticien, membre (AMA) de l’ ALI

51, bd. du Pont Joubert 86000 Poitiers

Tel : 05.49.88.84.09.

Mail : alainharly@wanadoo.fr

Psychologue clinicien

 

Harly-Bergeon Nicole, membre de l’ ALI.

51, bd. du Pont Joubert 86000 Poitiers

Tel : 05.49.88.20.17.

Mail : nicoleharlybergeon2@orange.fr 

Psychopédagogue

 

Hoffmann Christian, praticien, analyste membre d’Espace Analytique

3, rue des chantiers 75005 Paris

Tel : 06.82.28.99.88.

Mail : hoffmann.ch@wanadoo.fr

Professeur de psychopathologie clinique

 

Lahely Bruno, praticien

30, rue des genêts 86000 Poitiers

Tel : 05.49.03.53.67.

Mail : brunolahely@gmail.com

Psychiatre

 

Lepitre Jean-Jacques, praticien, membre (AMA) de l’ ALI

22 bis, avenue Foucaud 87000 Limoges

Tel : 05.55.32.72.12.

Mail : jean-jacques.lepitre@wanadoo.fr

Psychologue clinicien

 

Robin Michel, praticien, membre (AMA) de l’ ALI.

Roc del Ram, 2, Chemin de Reynes 66400 Oms

Tel : 06.87.63.81.14.

Médecin

 

Saïdi Michèle, membre correspondante de l’ ALI

4, av. de la Liberté 86180 Buxerolles

Tel : 06.89.62.90.86

 Mail : michele.saidi@orange.fr

Orthophoniste

 

Salomon-Clisson Marie-Christine, analyste praticienne d’Espace Analytique.

8bis, rue Margueritte d’ Ecosse 79100 Thouars

Tel : 06.79.78.40.43.

Mail : salomon-clisson@orange.fr

 

Savinaud Claude, praticien.

8, route de Missé 79100 Maulais-Taizé

Tel : 05.49.66.29.43.

Mail : claude.savinaud@wanadoo.fr

Psychologue clinicien, Professeur (E.R.) en psychopathologie

 

Thibierge Stéphane, praticien, membre (AMA) de l’ ALI

11, rue Nicolas Charlet 75015 Paris

Tel : 01.42.75.11.70.

Mail : stephane-thibierge@univ-poitiers.fr

Maître de conférences, Directeur de recherche en psychopathologie.

 

Touchard Josseline, praticienne, membre de l’ALI

15 bis, av. du Marechal Foch 86100 Châtellerault

Tel ; 06.73.67.30.93.

Mail : jtouchard@voila.fr

Psychiatre

 

Traboulsi Rima, praticienne, membre (AMA) de l’ ALI.

1 ter, route de la Cassette 86580 Biard

Tel : 06.71.57.84.80.

Mail : rima.traboulsi@hotmail.fr

Psychologue clinicienne

 

Valet Corinne

69, rue Cornet 86000 Poitiers

Tel : 06.06.98.19.65.

Mail : corinne-valet@wanadoo.fr

Psychologue clinicienne

 

Vandermersch Bernard, praticien, membre (AMA) de l’ ALI

48, rue de paradis 75010 Paris

Tel : 0148.00.96.67.

Mail : bernard.vandermersch@orange.fr

Psychiatre

 

Voisinne Alain, praticien, membre (AMA) de l’ ALI

25, rue du Marquis de Turbilly 49000 Angers

Tel : 02.41.66.66.26.

Mail : alain.voisinne@wanadoo.fr