entete
Accueil
S'inscrire à
la lettre de l'Epco

Agenda
Enseignements
Bibliothèque
L'Ecole Psychanalytique
du Centre-Ouest
L'Association Lacanienne
Internationale
Publications
Liens Divers
Espace Membres
ligner

Variations

sur la jouissance musicale

Dmusique1

Ouvrage collectif coordonné par Alain HARLY
Photo : Michel Garnier
Edition de l’Association Lacanienne Internationale
25, rue de Lille, 75007 Paris .Tel : 01.42.60.14.43. Tarif : 30€, plus port.


Que la musique puisse donner lieu à une écriture ne suffit pas à confirmer l’hypothèse d’un langage musical. Si la graphie est chose utile à la musique, elle ne la définit pas. La musique ce ne sont pas les notes, mais aussi ce qui se passe entre les notes, dans un rapport qui justement ne peut pas s’écrire.
A retenir la répétition comme caractéristique essentielle du fait musical, on pourrait y retrouver la compulsion freudienne voire la loi du symbolique lacanien. Mais alors comment se profilerait ici le lieu de l’Autre ? Suspens d’un sens ? Lieu du silence ?
Comme l’on sait depuis longtemps, le silence ne fut qu’une convention ; enfin Cage vint ! et sortit la musique du carcan des notes. Ce qui nous ouvre à la perspective que toute musique est tendue vers un réel. Faire ouïr ce quelque chose d’inouï, oeuvrer à l’apparition d’un invisible, toucher à l’ineffable, c’est bien cela que la fonction de l’art anime, avec tout le charme d'une promesse.
Il a pu être avancé l’idée que l’inconscient serait structuré comme la musique. Mais comme le dit Freud, pas facile de jouer de l’instrument psychique, il y faut un certain toucher. De dire ainsi, n’est ce pas « sur-jouer » de la ritournelle lacanienne ? Ou encore de souligner comment « la note bleue » chérie par Chopin comme ce qui viendrait soulager le sujet de sa division, n’est ce pas imaginer une catharsis spécifiquement musicale, comme le dit Aristote !
Alors que notre surdité ordinaire, celle où se serine à l’envi notre transfert à Freud et à quelques autres, ce qui travaille à nous tenir à distance de la discordance de l’inconscient, la jouissance musicale, elle, se soutient d’un semblant, celui d’un bel accord entre la diachronie d’une interprétation et la synchronie d’une écriture musicale.
A se laisser toucher par ces questions, le psychanalyste trouvera ici, s’il n’y résiste pas trop, à reposer celle d’un nouage entre la sublimation et la jouissance et à se laisser éveiller en particulier à l’effet de résonance de l’interprétation analytique avec ce qu’elle emporte au-delà du signifiant. Quant au musicien ou au compositeur, devant la commande faite par la civilisation dite des loisirs qui tend à une uniformisation du goût, il pourra prendre la mesure d’une responsabilité pour échapper à la civilisation du bruit.

 
dmusique2
Photo Alban Harly
 
 

Sommaire:

Préface: Alain Harly, psychanalyste.
Première Partie : A partir des travaux de Claude Dorgeuille.
Claude Dorgeuille, neuro-psychiatre, psychanalyste : De la musique dans ses rapports avec l’expérience analytique
Jean-Jacques Duparcq, musicologue : Essai d’analyse numérique et symbolique du canon sur fa, mi, (BWV 1078) de Jean-Sébastien Bach
Jean-Jacques Lepitre, psychanalyste : Parole et musique
Michel Robin, médecin, psychanalyste : La syncope, point de rencontre entre musique et psychanalyse
Michaël Levinas, pianiste et compositeur : Ponctuation et musique
Deuxième partie : Analyser, composer, interpréter.
Eric Sprogis, compositeur : A propos de la composition musicale
Marie-Germaine Dorgeuille, musicienne, psychanalyste : Moments musicaux à Poitiers
Marie-Christine Salomon-Clisson, psychanalyste : …il chantonne
François Nicolas, compositeur : Les raisonances musique-psychanalyse
Hubert Ricard, philosophe, psychanalyste : Kant et sa réflexion sur la musique dans la faculté de juger
Troisième partie : de l’Un à L’Autre, comme une musique.
François Dachet, psychanalyste : Quelques remarques concernant la position de la musique dans le champ de la psychanalyse
Olivier Douville, anthropologue, psychanalyste : De la musique et du mythe pour Claude Levy-Strauss
Virginia Hasenbalg-Corabianu, psychiatre, psychanalyste : Entre l’homme et la femme, le tango
Marc Morali, psychiatre, psychanalyste, musicien : Entre bruit et cri, la musique
Quatrième partie : La musique et le réel
Claude Pont, psychanalyste : Ganz unmusikalisch
Marie-Germaine Dorgeuille, musicienne, psychanalyste : Trac
Jean-Michel Vives, psychanalyste : De la musique comme articulation entre sens et jouissance
Jean-Jacques Rassial, psychanalyste et Létitia Petit, psychologue clinicienne : Tuché et Automaton
Marie-Charlotte Cadeau, philosophe, psychanalyste : Creux néant musicien

 dmusique3
« Le concert dans l’oeuf » de Hieronymus Bosch